Un fond d’investissement émirati a des vues sur l’OM

    Marseille est l’objet d’un intérêt d’un fonds d’investissement émirati qui ambitionne de concurrencer le PSG.

    Depuis plusieurs semaines, Frank McCourt, boss du club depuis 2016, sait que son club suscite des intérêts. Un intérêt concret, même. Un fonds d’investissement émirati dont l’identité n’a pas filtré mais qui, preuve de son sérieux, a entamé des discussions dans le cadre d’un possible rachat de l’Olympique de Marseille.

    Des échanges ont eu lieu – depuis quelque semaines – et ont fait naître une réelle envie pour les émiratis d’acquérir l’OM mais aussi son stade : l’Orange Vélodrome.

    Une volonté de concurrencer le PSG

    Les relations entre les différents états du Golfe sont particulièrement tendues (encore plus lorsqu’il s’agit du Qatar) marquées par de nombreux affrontements en justice, et un embargo étant toujours en place sur le petit pays. Dans ce contexte, la priorité de chaque état, outre le développement, est de suivre voire dépasser les pays voisins. Quand Abu Dhabi investit dans Manchester City en 2008, QSI (Qatar Sports Investment) réplique en rachetant le Paris Saint-Germain en 2011.

    Ici, les relations diplomatiques entre pays sont très importantes pour comprendre l’intérêt des émiratis pour l’OM. Si l’idée d’investir dans le football n’est pas forcément signe de rivalité, celle de rejoindre le Paris-SG en Ligue 1 (qui plus est en rachetant son rival historique) est à mettre au crédit d’une envie de surpasser le voisin qatari.

    McCourt étudiera les offres

    Si le projet de l’Américain a permis aux supporters de vibrer grâce à une finale d’Europa League, force est de constater que le club n’a pas décollé sur le plan financier. Pire, le club se trouve aujourd’hui dans une situation compliquée, avec la menace du Fair Play financier qui plane au-dessus du club et de ses ambitions.

    Bien que ces informations soient qualifiées de « fantaisistes » en interne, nous sommes en mesure de vous confirmer que Frank McCourt est prêt à écouter toute offre officielle qui sera transmise. L’investisseur américain, qui a racheté l’OM il y a trois ans, s’est confronté à la réalité du marché des transferts, et l’opportunité de réaliser de belles ventes ne s’est pas présentée, expliquant son ouverture aux propositions. 

    Crédits photo : Boris Horvat/AFP via lesechos.fr

    La rédaction.